Derrière la marque

.

J'ai conçu mon premier sac cabas en tissu recyclé, un mélange de sachets plastique recyclés tissés avec des fils de coton en 2013. Déroutée par le nombre de sacs plastique qui jonchaient les rues et les espaces publiques de Ouagadougou, j'ai décidé créer une filière de mode éthique et écologique permettant de d'utiliser les sachets plastiques dans la création d’accessoires de mode au Burkina Faso. La technique consistée à tisser le coton avec des fils de sachets recyclés.

J'ai choisi le nomme PagaBags, car « Paga » signifie « femme » en Mooré, la langue la plus parlé à Ouagadougou. 

Une loi interdisant les sachets plastiques au Burkina, adopté en 2015 a été considérée comme un succès pour nous dans notre combat contre les plastiques. Au même temps, la disparition des sachets avait des nombreuses implications sur notre projet, sur notre mode de production et sur l’identité de la marque.

Pour faire face à la disparition des sachets, nous avons engagé une conversion dans notre filière de production en le remplaçant le tissage des sachets par un tissage 100% coton, dit « Faso Danfani ». Au même temps, nous avons sauvegardé les emplois des femmes impliquées dans le recyclage et la transformation du plastique en organisant différentes formations. Les "coupeuses de sachets" ont été formées en tissage ; les "trieuses de déchets" ont été formées à la création des bracelets traditionnels que nous appelons « Smile ». En janvier 2018, nous avons lancé nos premiers sacs Faso DanFani 100% coton.

Dans la suite de cette conversion, et avec une volonté de protéger la santé et les écosystèmes, nous nous sommes lancées, en 2018, dans une recherche et développement dans l’utilisation des teintures traditionnelles à base des plantes, dit « Bogolan ». Il s’agit d’un savoir faire traditionnel connu dans tout l’Afrique de l’Ouest. Avec la teinture « Bogolan », nous supprimons tous les risques sanitaires et environnementaux. Le choix se repose également sur notre volonté de promouvoir le savoir-faire de teinture traditionnelle qui est menacé au Burkina. En choisissant la teinture Bogolan, notre projet participe à la sauvegarde de ce patrimoine culturel très intéressant pour l’avenir de la planète

Et bien sûr, pendant l’année 2019 – 2010 vous pouvez toujours découvrir quelques de nos sacs « survivantes » confectionnés en tissu mi-plastique mi-coton jusqu'à écoulement de nos stocks.

 

 Meredyth Bowler Ailloud

 Octobre 2019

 

Nos Valeurs


Chez PagaBags, chaque pièce est fabriquée à la main, dans le respect de l’humain et de l’environnement. Et nous basons toutes nos actions et décisions sur ces deux principes fondamentaux.

We%20treat%20the%20people%20well.jpg SOCIAL%20BUSINESS.jpg

Nous respectons les personnes

Nous payons nos artisans de manière juste et égale, et organisons le calendrier de production dans le respect de leur vie personnelle, de leurs besoins et priorités.

Nous intégrons les femmes travaillant avec nous dans le processus de création, en encourageant la participation et la créativité. 

Nous organisons des formations professionnelles pour apporter des compétences d’organisation dans le travail et de gestion des comptes. Nous pensons que créer des objectifs communs est la clé du succès.

Nous offrons des opportunités de développement professionnel pour les femmes qui souhaitent passer de la découpe des sachets plastique au tissage.

La santé compte énormément. Depuis 2016, nous avons mis en place une mutuelle de santé pour nos artisans. Mais la prévention est aussi un élément clé pour rester en bonne santé, c’est pourquoi nous sensibilisons nos équipes à l’importance de l’hygiène au travail et dans leur vie au quotidien.

L’éducation aussi. C’est pourquoi nous soutenons un programme de retour à l’école pour les tisserandes et les coupeuses de sachets. Aux cours du soir, elles apprennent à lire et à écrire, mais aussi la science et les mathématiques. 

Bogo.jpg ZERO WASTE_1.jpg 

Nous respectons la planète

Nous ne polluons pas. Nos teintures pour le coton et les batiks sont non-toxiques, nos teintures des bogolans sont naturelles. Les doublures de nos sacs et accessoires sont en coton et teinture biologiques.

PagaBags, c’est le recyclage. Nous recyclons les sachets plastique usagés, les bouchons de bouteilles, les semelles de baskets en sacs, en accessoires et en bijoux. Les anses de votre Weekender sont issues de chutes d’usines. Nous utilisons nos propres chutes de production pour fabriquer notre ligne d’accessoires.

Zéro déchet : nous ne jetons rien. Fabriquer des pièces fait-main signifie parfois qu’il y a des imperfections ; nous ne refusons jamais un batik, même s’il y a de légères variations de couleurs et de dessins, nous ne refusons jamais une balle de coton teinte qui n’est pas exactement de la couleur demandée. Nous valorisons la personnalité et l’originalité de nos produits.

Nous n’utilisons pas d’énergie pour produire nos créations car elles sont toutes fabriquées à la main. Les coupeuses découpent les sachets plastique aux ciseaux, les tisserandes utilisent un métier à tisser traditionnel, les couturiers utilisent une machine à coudre traditionnelle. 


.
.