UN PROJET DE MODE ÉTHIQUE ET ÉCOLOGIQUE AVEC LES ARTISANS AU BURKINA FASO

PagaBags est née d’une volonté : promouvoir l’expertise et le talent des femmes et des artisans à travers la création de sacs à main, d’accessoires de mode, de bijoux et déco maison.

PagaBags est une entreprise responsable et solidaire qui collabore avec des groupements de femmes et des artisans au Burkina Faso depuis 2013 dans la promotion des savoir-faire extraordinaires au Burkina Faso.

Lancé au départ dans un travail de textiles avec la création d'un tissu unique - du coton tissé avec les fils de plastiques recyclés - nous avons changé notre mode de production en 2016 suite à l'interdiction des sachets au Burkina. Voici en petit video qui montre en quelques minutes nos débuts en 2013. Cliquez sur le lien vimeo en face  ! 

https://vimeo.com/78052163

À partir du moment qu'il n'y avait pas des sachets plastiques au Burkina, nous avons décidé de lancer une nouvelle gamme production en 100% coton bio et teintures bio, tout en gardant les même modèles de nos sacs et accessoires ! Avec la conversion en 100% coton, nous avons également saisi l'opportunité de nous associer aux artisans du Bogolan, une technique de teinture à base des plantes, on parle aussi du "mud paintrd cloth" ! 

Au fils du temps PagaBags s’est aussi élargie à de nouvelles collaboration avec créatrices et créateurs au Burkina : créatrices de bijoux, créateurs de statuts en bronze, statuts recyclés, créatrices de colliers en plastiques recyclés, artisans de Batik …. Burkina Faso foison des artisans talentueux et nous sommes ravies de pouvoir les soutenir ! 

Notre  toute dernière nouvelle collaboration est avec Mia Ampo que nous présentons en sous. C'est une école de couture au sein d'un orphelinat qui est soutenu par une ONG allemande du même nom. Travailler avec Mia Ampo, c'est que du bonheur  ! 

Notre Histoire PagaBags!


J’ai quitté mon travaille pour les ONG pour créer la PagaBags septembre en 2013. J'avais travaillé trois ans au Burkina dans un projet de développement et de cette expérience, je me suis attaché au pays, aux gens.  J'avais une bonne connaissance du secteur artisanal, surtout le secteur du tissage du coton, que l'on appelle le Faso Danfani.  Le mode me semblait un bon moyen de promouvoir l'artisanat Burkinabé et soutenir le développement économique des femmes tisserandes. C'est ainsi que PagaBags est né : « Paga » signifie « femme » en Mooré, la langue la plus parlé au Burkina Faso.

Nos premiers sacs ont été conçus en tissu recyclé, un mélange de sachets plastiques recyclés tissés avec des fils de coton. C’était une matière parfaite pour réaliser des sacs et accessoires.

En 2015, à l’annonce de l’interdiction des sachets plastiques au Burkina, nous l’avons considérée comme un succès dans notre combat contre les plastiques. Au même temps, la disparition des sachets avait des nombreuses implications sur notre projet, sur notre mode de production et sur l’identité de la marque. Des 2016, nous avons engagé une conversion dans notre filière de production en le remplaçant le tissage des sachets par un tissage 100% coton, dit « Faso Danfani ». Pour sauvegarder les emplois des femmes impliquées dans le recyclage et la transformation du plastique nous avons lancé des formations internes. Les "coupeuses de sachets" ont été formées en tissage ; les "trieuses de déchets" ont été formées à la création des bracelets traditionnels que nous appelons « Smile ».

Dans la suite de cette conversion, et avec une volonté de protéger la santé et les écosystèmes, nous nous sommes lancées, en 2018, dans une recherche et développement dans l’utilisation des teintures traditionnelles à base des plantes, dit « Bogolan ». Il s’agit d’un savoir faire traditionnel connu dans tout l’Afrique de l’Ouest. Avec la teinture « Bogolan », nous supprimons tous les risques sanitaires et environnementaux et au même temps, nous contribuons à la sauvegarde de ce patrimoine culturel très intéressant pour l’avenir des artisans et de la planète.

Enfin, depuis cette année, nous avons aussi crée une gamme de produits en coton Bazin imprimé en Batik. Nous travaillons avec une petite entreprise artisanale « Batik Bio Deco » basée à Komboinsin, à l’extérieur de Ouagadougou. J’adore le tissu et les effets de couleurs et designs des imprimés en Batik. La fondation Veolia a soutenu la formation des artisans dans l’utilisation des teintures bio, sans laquelle nous n’allions pas collaborer et PagaBags a assuré la formation continue professionnelle en gestion financière. C’est mon désire d’aider les artisans à s’installer dans la durée et d’acquérir des savoir technique et professionnels qui leurs permettent de développer le marché local et international.

Tous nos tissus PagaBags sont crées avec respect pour les gens et pour la planète !

Meredyth Bowler Ailloud

NOS ENGAGEMENTS

LE RESPECT DES PERSONNES 

ÉQUITABLE

Nous payons tous nos artisans de manière juste et équitable. Pour calculer le juste valeur, nous calculons toutes les charges liées à la production, plus le temps de travail et la valeur-ajoutée de leur savoir-faire. Pour nos pagnes tissés  main, c'était un peu plus complexe que pour les autres artisans s'agissant d'une association de femmes. Dans notre calcul du temps avant tissage, nous avons pris en compte le temps « perdus » ou les femmes devaient se reposer et s’occuper de leurs petits. Tous ce temps entre dans nos calculs nous permettant de fixer un prix vraiment juste et équitable. C'est ainsi que nous organisons le calendrier de production dans le respect de leur vie personnelle, de leurs situations et leurs priorités. 

ARTISANAL ET FAIT MAIN

Nous faisons la promotion des savoir-faire artisanaux au Burkina Faso. Ces savoir-faire extraordinaires sont souvent une affaire de famille, des passage du savoir-faire d'une génération àà la suivante. Les artisans : tisserandes, créateurs de bronze, créateurs de bijoux, des statuts en bois, des bols en cuivre, des imprimés en Bogolan ou en Batik, œuvre avec juste les ressources nécessaires et disponibles pour réaliser leur œuvres, tous fait main. Chaque artisan a son style et ses couleurs distinctes, son univers exceptionnel !

AUTOPROMOTION 

PagaBags ne se contente pas d’employer les artisans nous réalisons des formations essentielles au développement professionnel et économique. Savoir fixer ses propres objectifs, mettre en place une stratégie, et savoir distinguer entre les charges et les bénéfices sont autant d'éléments au coeur du développement de leur activité dans la durée. Par exemple, aujourd’hui ce sont les membres de Tigme PagaBa qui gèrent leur association. Le secrétaire rédige les comptes rendus des réunions et les bons de livraisons ; la trésorière prépare les factures et gère toutes les dépenses et la présidents veille sur l’ensemble pour le bon lancement et déroulement des commandes. Chez Batik Bio Deco, nous avons travailler ensemble dans la mise en place d'outils de gestion des commandes permettant de savoir avec précision combien il faut qu'ils facture pour gagner leur vie. 

SANTÉ

La santé compte énormément. Nous réinvestissons une partie de nos bénéfices dans des caisses de santé. Mais la prévention est aussi un élément clé pour rester en bonne santé, c’est pourquoi nous sensibilisons nos partenaires à l’importance de l’hygiène. Autre action clé, nous avons supprimé tous les produits toxiques de notre production. Ainsi, les tisserandes ne se plaignent plus des maux de têtes et les eaux souterraines sont préservées. 

DESIGN PARTICIPATIF

Nous intégrons les artisans dans le processus de création de nos designs. C'est un travail intéressant d'autant plus que nos collaborations aboutissent à la création de designs métissés issus des univers différents : France - Burkina - États Unis ! En ce qui concerne tout particulièrement les tisserandes, notre collaboration en design leur a permis aux femmes d'innover et devenir force de proposition. Vous pouvez imaginez qu'elles sont très fiers de voir leurs designs transformés en sac PagaBags !

"RETOUR À LÉCOLE" 

Aller à l'école est un luxe au Burkina, surtout pour les filles. L'absence d'éducation est un obstacle à l'entrepreneuriat. Les femmes qui ne savent ni lire ni écrire sont démunie et proie de la société. Avec une volonté de promouvoir le role et la prise de responsabilités des femmes chez Tigme Pagaba, nous avons mis en place un programme de retour à l’école.  Nous avons opté pour un retour à l'école plut^t que des cours d'alphabétisation, car les cours à l'a-école on apprend plus que lire et écrire. On apprend les sciences, l'histoire et les mathématiques. L'école est en plus valorisant car à fin de l'année, les femmes passent des examens pour entrer dans la classe supérieure. Celles qui terminent le primaire, reçoivent leur diplôme ! 

LE RESPECT DE LA NATURE ET DE L'ENVIRONNEMENT

ORGANIQUE 

Notre coton est bio. Nos teintures sont Bio ou végétales. PagaBags a adopté le coton bio en 2018 lorsque le Burkina Faso a relancé la filière du coton bio. Pour les teintures, PagaBags a commencé par sous-traiter la teinture à l'entreprise Madirou, seule entreprise au Burkina qui maitrisait la technique. Depuis 2019, nos tisserandes chez Tigme Pagaba et nos créateurs de Batik chez Batik, Bio, Déco réalisent leur propres couleurs et designs avec des teintures Biologiques grâce à la formation Bio que nous avons pu offrir aux artisans avec le soutien de la fondation Veolia.  Ce nouveau savoir-faire devrait permettre aux artisans à se positionner sur une niche peu développée au Burkina et les mettre en valeur! En plus des teintures bio, nous développons des sérigraphies bio en collaboration avec l'entreprise Madirou (voir nos sacs Rebelle Éthique!). Enfin, le Bogolan, technique de teinture végétale; est bien sûr organique et sans aucune nuisance environnementale.

Vous pouvez découvrir comment on travail le bio en lisant les histoires de nos dans la partie « Artisans et Textiles ». 

ZÉRO DÉCHETS

Avec des fabrications artisanales et fait main, parfois on rencontre des erreurs ou des des imperfections. Mais, nous ne refusons jamais un design. Au contraire, nous préférons valoriser nos pièces uniques avec leurs imperfections imprégnées de beauté. Et, nous récupérons tous nos chutes de couture pour les transformer en accessoires de mode.  Pour quoi pensez vous que je me suis lancé dans la création d'étuis de lunettes ou pochette pour savon ! 

PEU D'ÉNERGIE

Pour produire nos créations, car elles sont toutes fabriquées à la main, nous n’utilisons très peu d’énergie fossile. Les tisserandes utilisent un métier à tisser traditionnel, les couturiers utilisent une machine à coudre traditionnelle. Notre atelier de tissage chez Tigme Pagaba n’a pas d’électricité. C’est délibérément que nous avons décidé de ne pas raccorder l’atelier à l’électricité. Pour nous, c'était hors question d'engendrer des charges supplémentaires et récurrentes tandis que les tisserandes sont dans l'atelier entre 9h et 16h. Il fait jour jusqu'à 18h ! Par contre notre atelier est bien raccordé à l’eau courante ! L'eau sert pour tellement d'activités : laver le coton, faire la teinture, boire ou préparer un repas, laver les mains, laver les enfants,… ! 

RECYCLAGE

PagaBags est fondée dans une démarche de récupération et de recyclage au Burkina. Le premier tissu crée par PagaBags était issu du recyclage des sachets, filés et tissés avec du coton. Lorsque nous réalisons nos teintures Bio, nous ne jetons pas notre bassin de colorant bio après usage. Ce serait dommage, car chaque trempage du coton dans la bassine de teinture diluée offre la même belle couleur, juste un peu plus claire. Nos colliers de Boussouma sont crées entièrement avec des plastiques recyclés : bouchons de bouteilles, chaussures de sports, c’est extraordinaire ce que l'association Zemes Taaba est capable de créer. Et ce n'est pas tout ! es gros bracelets Smile sont crées à partir d'une feuille de l'eucalyptus qui fait la forme sur laquelle les femmes réalisent leur design en macramé. Les bracelets fines sont formés à partir des emballages de plastiques rigides récupérés.